Le rôle du conseil d’administration en milieu de travail hybride

Alors que les restrictions sanitaires s’allègent et que le nombre de personnes vaccinées augmente, l’Europe attend son retour au travail. Pourtant, les Européens sont nombreux à espérer l’adoption d’un nouveau mode de travail : le modèle hybride. Les entreprises réfractaires à ces changements risquent de rencontrer des difficultés.

Dans ce monde post-COVID, les salariés se sont habitués à la flexibilité et à la liberté qu’offre le télétravail, et beaucoup sont manifestement prêts à changer d’emploi pour continuer à travailler comme ils en ont maintenant l’habitude. Selon le Wall Street Journal, certains salariés ne retourneront tout simplement pas au travail. Les entreprises vont devoir faire face à une pénurie de main-d’œuvre et les conseils d’administration ont un rôle clé à jouer pour atténuer de ce risque.

LES SALARIES ET LEURS EMPLOYEURS PRÉFÈRENT LE TRAVAIL « HYBRIDE » AU 100% TÉLÉTRAVAIL

Certains employeurs sont, à juste titre, nerveux à l’idée d’autoriser le 100% télétravail. S’il est toujours possible de responsabiliser les employés en s’assurant du respect des délais des projets et des tâches ainsi qu’en facilitant la collaboration grâce à l’adoption des bons outils technologiques, le travail en présentiel offre une plus grande tranquillité d’esprit.

Les employés sont d’accord. Car si la plupart d’entre eux préfèrent le modèle hybride, seulement 50 % des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête CEO Outlook Pulse 2021 de KPMG souhaitent travailler entièrement à domicile. Selon une enquête similaire qui remonte à 2020, 59 % des personnes interrogées souhaitent travailler en télétravail. Cela représente une baisse de 9 % du nombre de personnes préférant travailler entièrement à domicile. En outre, 50 % d’entre elles disent craindre de ne pas être retenues pour des opportunités et des promotions si elles ne travaillent pas dans l’environnement physique de travail. En bref, les salariés veulent revenir au bureau, mais pas tous les jours.

LE RÔLE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DANS UN UNIVERS PROFESSIONNEL HYBRIDE : GESTION DU RISQUE

L’un des rôles du conseil d’administration, notamment dans le contexte plus large de la responsabilité sociétale des entreprises, est de veiller à ce que l’entreprise soit considérée comme un bon employeur, tant pour son image que pour la rétention des employés et le recrutement des meilleurs talents. Dans un contexte de reprise économique, le recrutement et la rétention des talents seront des facteurs clés.

Presque tous les secteurs, à l’exception notable de ceux qui ont connu des hauts et des bas en raison de la crise sanitaire, ont été en « mode maintenance ». Aujourd’hui, avec le retour à la normale, tous les projets mis en attente sont appelés à se concrétiser et il faudra recruter pour aider à faire face à cette charge de travail.

Les signaux envoyés par le marché de l’emploi semblent indiquer clairement que les employeurs devront faire face à une grave pénurie de main-d’œuvre à court terme, potentiellement jusqu’à la fin de 2021. Sur le plan de la gestion du risque, les conseils d’administration devront faire tout ce qui est en leur pouvoir pour résoudre ce problème. Cela peut se traduire par plusieurs actions, dont la modification de la politique RH pour inclure la création d’un comité qui rendra compte au conseil d’administration. Cela contribuera à résoudre le problème à court terme et s’avérera utile à long terme, lorsque les employés plus âgés prendront leurs retraites et qu’il faudra les remplacer. Si l’adoption du mode de travail hybride mérite d’être envisagée lors de l’élaboration de toute nouvelle stratégie, sachez qu’il ne s’agit pas de la seule option.

TECHNOLOGIE ET CYBERSÉCURITÉ, DES ÉLÉMENTS ESSENTIELS DU TRAVAIL HYBRIDE

Dans un monde post-Covid, presque toutes les entreprises disposent de l’infrastructure technologique nécessaire pour travailler à distance. Toutefois, certaines solutions ont pu être choisies par souci d’opportunité plutôt que d’efficacité. Dans le cadre de la stratégie de retour au travail, les conseils d’administration doivent charger leurs comités technologiques de s’assurer que les solutions choisies soient suffisamment robustes pour être utilisées au quotidien, qu’elles ne fassent pas double emploi avec d’autres outils et qu’elles soient sûres.

La cybersécurité relève également du mandat du conseil d’administration en tant qu’élément de gestion des risques, et des solutions telles que les VPN et la connexion à distance aux ordinateurs sur site sont des moyens peu sûrs d’adopter la transformation numérique. Si les entreprises se préoccupent de la cybersécurité depuis longtemps, les attaques par ransomware ont augmenté de manière significative depuis la crise sanitaire. On pourrait même soutenir sans grande difficulté que ce problème n’est pas temporaire. Ainsi, le président des États-Unis a récemment lancé un appel aux entreprises à intensifier leurs efforts en matière de cybersécurité.

AMÉLIORER LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION GRÂCE À LA TECHNOLOGIE

Les entreprises s’apprêtent à faire face à un chapitre décisif et il incombe aux membres des conseils d’administration de s’assurer du recrutement et de la rétention des bonnes personnes, de l’adoption des bons outils, et du bon fonctionnement du conseil d’administration.

La charge de travail augmente et, plus que jamais, le conseil d’administration aura davantage de tâches à accomplir. Les administrateurs n’ont pas de temps à perdre avec de mauvais résumés exécutifs, des demandes de dossiers ou quoi que ce soit d’autre. La suite DiliTrust Governance comprend le module « Instances digitalisées » qui garantit des réunions en douceur et en toute sécurité partout dans le monde. Elle comprend également d’autres modules qui permettent, entre autres choses, le suivi des contrats, la gestion de la propriété intellectuelle et des biens immobiliers et tout ce dont le conseil d’administration peut avoir besoin pour prendre rapidement les bonnes décisions.