Comment attirer et retenir les meilleurs talents au Québec

Le marché québécois de la main-d’œuvre a vu des temps tumultueux, affectés par des pertes d’emplois, la diminution de la main-d’œuvre et l’incertitude continue de la pandémie.

En avril 2021, le Québec était le meneur au Canada pour ces postes vacants, enregistrant au-delà de 195 000 emplois disponibles. Même si la pénurie de main-d’œuvre affecte toutes les industries, certaines en souffrent plus que d’autres, l’industrie de l’hébergement, de la restauration et de la vente étant la plus touchée. Le secteur de la technologie au Québec est celui qui s’en sort le mieux. Avec une majorité d’emplois dans le secteur de la technologie qui ne nécessitent pas de bureau, ce secteur était mieux préparé que la plupart pour subir l’arrivée du travail à distance et des confinements répétés.

Le plus grand défi auquel fait face l’industrie de la technologie au Québec pour aller de l’avant est de suivre le rythme de sa croissance. Avec les villes de Montréal et de Québec qui se présentent comme des plaques tournantes pour les talents du domaine de la technologie, la demande pour les professionnels qualifiés de ce domaine ne fera qu’augmenter – et ceci implique aussi une hausse de la compétition entre les firmes qui cherchent à embaucher les meilleurs développeurs, codeurs et programmeurs de logiciels.

Recruter ce talent prendra plus qu’une offre salariale attrayante. Les organisations qui priorisent le talent dans leurs efforts pour bâtir une équipe de travail diversifiée et inclusive prendront le dessus sur leurs compétiteurs.

Trouver le talent au Québec

Les gestionnaires recruteurs qui réussissent le mieux se voient comme des gestionnaires de talent. Quand il est question de recrutement, ils se concentrent sur le talent plutôt que sur les cases à cocher. Un candidat potentiel peut avoir quelques lacunes dans son curriculum vitae, mais ses compétences et ses habiletés peuvent le mettre en avant des autres candidats grâce à son parcours professionnel impressionnant. Les employés avec de la bonne volonté et l’aptitude à apprendre sont des atouts inestimables pour votre organisation.

Bien sûr, trouver votre monde n’est pas toujours facile. Pour vous aider, soyez présent lors d’événements, augmentez la visibilité de votre marque et de vos activités et soyez en contact avec des agences de recrutement externes.

Recruter le talent

Une fois que les candidatures commencent à affluer, des décisions doivent être prises. Faire le tri des candidats est primordial, mais il est aussi important d’éviter les pièges fréquents tels que l’âgisme.

Les entreprises ignorent les travailleurs plus âgés à leurs risques et périls. Ces employés expérimentés ne sont peut-être pas aussi malléables que les cohortes plus jeunes, mais ils ont beaucoup à offrir en termes de fiabilité, de rigueur et de sagesse. Les travailleurs de la génération X qui sont à mi-carrière (ceux âgés de 45 ans et plus) sont la tranche d’employés les plus ignorés selon une étude récente. Avec comme toile de fond une main-d’œuvre vieillissante et une pénurie de main-d’œuvre qui se prolonge, il est temps d’impliquer ces atouts sous-estimés.

En plus de leurs multiples aspects positifs, les travailleurs plus âgés ajouter de la variété aux effectifs de l’entreprise, contribuant à la diversité cognitive en apportant une approche, une attitude et une perspective différentes à l’équipe.

Sans cette diversité, les entreprises peuvent stagner. Avoir plusieurs voix aide les équipes à travailler plus rapidement et efficacement, mais la diversité ne s’arrête pas avec l’âge. Dans les dernières années, il y a eu un effort actif pour augmenter l’inclusivité partout dans les pratiques d’embauche et pour éviter la discrimination sur la base du genre, de la race et de l’ethnicité.

Une partie de cet intérêt vient du gouvernement, avec les entreprises qui modifient leurs pratiques pour s’ajuster aux nouvelles règlementations, mais découle aussi du secteur privé alors que les organisations voient ces avantages par elles-mêmes. Selon une étude de 2017, les équipes inclusives démontrent de meilleures prises de décisions qui se prennent plus rapidement et donnent de meilleurs résultats pour leurs organisations. De plus, avec l’appétit croissant pour les investissements ESG, la diversité et l’inclusion deviennent rapidement des priorités pour pratiquement toutes les organisations.

Importer le talent

Si on tient compte que la main-d’œuvre québécoise peine à répondre à la demande du secteur de la technologie, ce n’est pas une surprise que plusieurs employeurs à la recherche de personnel regardent au-delà des frontières provinciale et nationale.

Le Québec a sorti son tout dernier Plan d’immigration en octobre 2021, qui met en lumière son objectif d’accueillir jusqu’à 52 500 nouveaux résidents en 2022. Les travailleurs étrangers qualifiés peuvent faire une demande pour un Certificat de sélection du Québec par l’intermédiaire du Programme régulier des travailleurs qualifiés, qui évalue les candidats sur la base de leur éducation, de leur expérience et de leur offre de travail. Ces nouveaux venus et leurs employeurs peuvent se qualifier pour des incitatifs et des programmes de support, incluant les services d’intégration et les frais pour la formation.

Les employeurs du domaine de la technologie doivent envisager de chercher plus près de chez eux et de chasser au-delà de la frontière provinciale alors qu’on s’arrache les professionnels du domaine de la technologie qui vivent à Montréal et à Québec. Puisque la nature secteur de la technologie se prête bien au travail à distance, ces emplois peuvent être occupés à partir de n’importe quelle province. Certains travailleurs du domaine de la technologie dans les villes moyennes du Canada sont sous-payés à cause de leur emplacement géographique et pourraient chercher à changer pour un meilleur salaire qui s’aligne plus avec leurs compétences. Ces travailleurs sont une ressource inexploitée qui est présentement imméritée par les employeurs actuels qui croient encore à lier le salaire à l’emplacement. Ceci les met dans une position idéale pour devenir une entreprise plus visionnaire en ce qui a trait au salaire.

Retenir le talent

Le recrutement épuise les ressources de l’entreprise, aussi la dernière chose qu’une firme souhaite c’est un haut roulement d’employés. Toutefois avec tous ces postes disponibles et pas assez de travailleurs du domaine de la technologie pour les combler, les entreprises doivent être attentives au fait qu’elles opèrent dans un marché compétitif et qu’elles doivent faire un effort supplémentaire pour garder leurs précieux employés.

Des conditions salariales attrayantes peuvent aider, mais ce n’est que le début. Les employés ressentent le besoin d’être écoutés, respectés et appréciés. Ceci peut se présenter sous différentes formes, que ce soit de prendre part activement à leur développement professionnel ou d’encourager une atmosphère de confiance, de communication et de support.

La gestion efficace de talent implique d’investir dans les nouveaux employés, de voir à la formation et à l’expérience dont ils ont besoin pour combler les lacunes et les fournir. Un employé qui a du mentorat et qui est encadré dans un environnement qui le soutient sera plus déterminé à voir comment il peut contribuer à son succès à long terme.

Pour aider à combler l’écart d’embauche en TIC, le gouvernement du Québec a récemment annoncé un investissement de 18,8 $ millions dans ce secteur pour couvrir certains incitatifs, incluant les stages et les programmes de travail-étude. Ceux-ci donnent aux employés un accès à la formation et à un support financier tout en remboursant jusqu’à 20 000 $ par employé à l’employeur.

Donner aux membres de l’équipe TI la chance d’affiner leurs compétences tout en travaillant les aide à contribuer significativement au succès de leur entreprise. Ils vont grandir avec l’organisation. Cette forme d’adhésion génère la loyauté à long terme et garantit un bassin de talent déjà formé et prêt lorsqu’il est temps de faire monter en grade le personnel.

En 2019, la firme de recrutement global Indeed avait sondé 1 000 travailleurs du domaine de la technologie pour découvrir ce qu’ils attendaient de leur travail. En haut de la liste se trouvait la transparence des dirigeants, suivi de près par le retour à la communauté et le partage des valeurs. Un des détails intéressants qui était ressorti de cette recherche était la différence entre ce que les travailleurs plus âgés voulaient et ce que leurs collègues plus jeunes recherchaient.

Une des inquiétudes primaires des jeunes travailleurs, de 18 à 24 ans, était la flexibilité. La génération plus âgée est peut-être plus habituée à être assise à un bureau avec un horaire journalier de 9 à 5, mais la cohorte de la génération suivante cherche à avoir une routine moins structurée. Avec la pandémie qui change la façon dont le travail s’effectue, la montée du travail à distance traverse les limites intergénérationnelles, particulièrement dans le secteur de la technologie, où presque toutes les tâches peuvent être faites hors d’un lieu de travail traditionnel.

Les milieux de travail du futur vont probablement être à distance ou vont à tout le moins avoir une approche hybride. Selon un sondage PwC, seulement un employé canadien sur cinq veut retourner à l’ancien modèle de milieu de travail au bureau et 40 % des travailleurs du Québec disent que leur environnement de travail idéal est complètement ou partiellement à distance. Dans un futur rapproché, la flexibilité va passer d’avantage à nécessité et les entreprises doivent s’y adapter en conséquence ou risquer de perdre leurs meilleurs talents.

La flexibilité au travail répond à une autre préoccupation importante pour les employés – la santé et le bien-être. Au début de la pandémie, plusieurs ont réévalué leurs priorités, portant un regard plus attentif à l’équilibre vie professionnelle/vie privée tant convoité. Les initiatives en bien-être, le support en santé mentale et les heures de travail plus flexibles sont tous des éléments importants pour s’assurer que votre personnel est heureux, en santé et productif. Et c’est encore plus important lorsqu’on travaille avec des équipes à distance qui sont déconnectées et isolées.

Ceci répond à une autre raison pour laquelle les nouveaux employés pourraient vouloir se tourner vers votre organisation : une culture saine de travail. Les milieux de travail toxiques ont empiré leurs mauvais comportements pendant la pandémie et certaines personnes cherchent à faire le saut avec le stress de la Covid-19 doublé d’un mauvais environnement de travail. Cependant, ils ne voudront d’un emploi dans votre organisation que si vous pouvez leur prouver qu’ils ne changent pas pour pire. Les témoignages d’employés, la possibilité de parler aux employés actuels de votre organisation et les politiques rigoureuses contre l’intimidation en milieu de travail en feront beaucoup pour attirer ceux qui ont été mal traités ailleurs.

Croissance dynamique

Le Québec est le deuxième en termes de concentration d’emplois dans le domaine de la technologie au Canada, suivi par l’Ontario. La province a gagné au-dessus de 250 000 emplois cette année dans le domaine de la technologie uniquement , les rôles d’ingénieurs et de concepteurs de logiciels, d’analystes de systèmes et de consultants étant les plus recherchés.

En tenant compte du taux de croissance actuel de l’industrie, toute entreprise qui cherche à embaucher dans ce secteur doit sortir du lot. Le Canada qui se défini de plus en plus comme étant le Silicon Valley du nord et il se fait aussi connaître comme étant une plaque tournante dynamique où les travailleurs peuvent contribuer à l’avant-scène de l’innovation. Alors que Montréal et la ville de Québec prennent leur place dans les rangs d’une nouvelle vague de villes technologiques, ils peuvent stimuler l’intérêt pour leurs développeurs et leurs programmeurs talentueux qui veulent faire la différence et vivre dans une des plus belles provinces du Canada – ou travailler à distance, peu importe où ils sont.

Parler à un expert