Alors que la tension augmente en Europe, les experts en cybersécurité avertissent les entreprises qu’elles doivent rester sur leurs gardes en ce qui concerne la possibilité de cyberattaques de la Russie. Donc, si votre organisation en est encore à finaliser sa stratégie en matière de sécurité, il est maintenant temps de prioriser la protection.

Les cyberattaques ont augmenté de 800 % depuis le début du conflit en Ukraine. Même si ceux qui œuvrent dans les domaines financiers, gouvernementaux et de l’infrastructure sont ceux qui sont le plus à risque, les attaques peuvent frapper toutes les organisations qui sont présentes sur l’internet.

Les événements géopolitiques ont peut-être accentué le problème, mais le cybercrime était déjà en augmentation avant que la pandémie ne commence, montant en flèche avec l’augmentation de l’activité en ligne. Des rançongiciels aux attaques DDoS, les attaques évoluent alors que les pirates informatiques deviennent de plus en plus inventifs.

Les services juridiques d’entreprise ont un rôle clé à jouer pour aider leurs organisations à prévenir les risques. Ils doivent prendre une approche proactive pour éliminer tous les secteurs vulnérables tout en planifiant la réponse aux menaces et le maintien des activités en cas de brèche.

Créer une stratégie efficace en matière de sécurité ne relève pas exclusivement du responsable de la sécurité de l’information et des cadres supérieurs. L’avocat général doit avoir une place à la table pour s’assurer que les politiques s’alignent avec les réglementations internationales et locales en matière de conformité et de protection, ainsi que pour déterminer les responsabilités.

Impliquer ces acteurs clés est une des meilleures pratiques de l’industrie en ce qui concerne la cybersécurité alors que les entreprises emploient toutes les ressources à leur disposition pour combattre le risque.

Les meilleures pratiques en matière de cybersécurité

L’engagement et la formation à la grandeur de l’entreprise

La cause de la majorité des cyberattaques est l’erreur humaine, les habitudes lacunaires en matière de sécurité étant responsables de plus de 80 % des cyberincidents.

Malheureusement, les pirates informatiques savent ceci et plusieurs de leurs méthodes d’attaques sont prévues pour duper les employés non vigilants afin qu’ils donnent accès à leur système. Plusieurs de ces attaques prennent la forme d’hameçonnage (les victimes sont encouragées à donner leurs informations personnelles telles que leurs mots de passe) ou de courriel d’entreprise compromis (les pirates informatiques personnifient des cadres pour demander des informations confidentielles par courriel).

Conscientiser les employés aux cyberrisques implique de les former sur le principe de vérification systématique. Cette habitude leur permettra de détecter toute activité inhabituelle et d’identifier rapidement tout signal d’alarme. Les employés doivent aussi être formés en matière de cyberhygiène sur des éléments tels que le choix de mot de passe sécuritaire, la bonne utilisation du courriel et la protection leurs appareils.

Ces efforts nécessitent d’impliquer les employés de tous les niveaux, des cadres supérieurs et membres du conseil d’administration aux stagiaires, pour s’assurer que tous sont à jour dans les politiques et les protocoles de sécurité de l’organisation.

Environnement de travail à distance sécurisé

Les équipes de travail étant à distance ou en travail hybride, il est important de sécuriser les appareils personnels, les réseaux infonuagiques et les autres points d’entrée dans le système puisqu’ils sont des occasions d’accès facile pour les pirates informatiques.

Les logiciels malveillants ciblent les appareils mobiles, cherchant un moyen détourné d’accéder au système de l’entreprise par l’entremise des messageries et autres applications. De plus en plus d’employés travaillent hors du bureau, à partir de leurs téléphones intelligents ou de leurs tablettes. Par conséquent, il est devenu encore plus important de bloquer ces appareils avec des outils tels que l’authentification à facteur multiple, les gestionnaires de mots de passe et d’autres applications de sécurité.

Plan d’urgence

Maintenant que le plan en matière de cybersécurité de votre organisation est prêt, il est temps de le mettre à l’épreuve.

Mettre la stratégie à l’épreuve dans un environnement sans risque aide les parties prenantes à en repérer les forces et les faiblesses, avec la flexibilité de s’occuper des domaines qui en ont besoin.

Les attaques simulées sont aussi une façon efficace de former les employés en les familiarisant avec leurs responsabilités en cas d’intrusion.

Résilience

Les experts en cybersécurité parlent souvent de résilience, mais en quoi consiste-t-elle dans ce contexte?

Le Forum économique mondial (FEM) a identifié quatre éléments importants de la résilience.

Anticipation – Prévoir une multitude de menaces, incluant les risques existants et émergents.

Protection – Construire des couches de défenses qui offrent une variété de protection plutôt que de n’utiliser qu’une seule solution et envisager plusieurs scénarios à tester afin d’être confiant que les solutions sont aussi robustes que possibles.

Reprise – Détailler différentes réponses pour les différentes menaces afin que le conseiller juridique sache exactement quoi faire quand les cybercriminels attaquent. Les efforts de reprise doivent se concentrer sur la limitation des dommages en identifiant rapidement la faille et en sécurisant les systèmes, de même que sur les étapes concernant les responsabilités et le maintien de la capacité opérationnelle.

Adaptation – La technologie est en constante évolution et votre sécurité doit l’être aussi. Une stratégie efficace doit être suffisamment flexible pour s’adapter aux menaces émergentes.

Adoption de la technologie

Selon un rapport récent du FEM, 81 % des cadres supérieurs croient que la transformation numérique est l’élément important de la cyberrésilience.

Les protections numériques multicouches sont la meilleure arme de votre organisation contre les pirates informatiques. De plus, les progrès en matière de technologie offrent une protection robuste.

Automatiser les tâches répétitives, telles que la gestion des contrats, l’archivage des documents et le suivi des litiges, ne fait pas que libérer les ressources du service. Ceci réduit aussi le risque d’erreur humaine et améliore la sécurité.

Utiliser un serveur central pour les communications du conseil et la gestion des entités aide aussi à réduire le risque en rationalisant toutes les activités dans un portail sécurisé avec des accès ultras contrôlés, une visibilité augmentée et plus de transparence que les systèmes disparates.

Le rôle du service juridique d’entreprise dans la création et l’implantation d’un cadre de cybersécurité

La fonction primaire de tout service juridique d’entreprise est de protéger leur organisation contre les problèmes et d’assurer la conformité aux réglementations applicables.

Dans le contexte de la cybersécurité, ceci implique de rester au fait de la réglementation en matière de protection des données. Si votre organisation fait des affaires hors du pays, elle doit se conformer aux normes internationales telles que le Règlement général sur la protection des données (RGPD) en vigueur en Europe. Elle devra aussi se conformer à celles du Canada telles que la Loi sur la protection des renseignements personnels et des documents électroniques (LPRDE).

Les réglementations peuvent aussi varier selon les compétences et les domaines. Les entreprises opérant au Canada doivent être au courant des exigences provinciales et fédérales. Même si la LPRDE est la réglementation s’appliquant dans tout le pays, l’Alberta, le Québec et la Colombie-Britannique ont leur propre réglementation sur la protection des données. Elles sont de portées similaires, mais propres à ces provinces.

La Loi sur les banques s’applique à l’utilisation des informations financières personnelles par les institutions financières fédérales au Canada. D’autre part, les lois sur la protection des données en santé s’appliquent aux organisations œuvrant dans le secteur des soins de santé.

Peu importe où ces entreprises stockent leurs informations, elles sont soumises aux lois s’appliquant à cet endroit. Il faut donc garder en tête que si votre organisation opère aux États-Unis, elle sera assujettie au Freedom Act et le Cloud Act. Ces deux lois donnent au gouvernement fédéral le droit d’accéder au matériel confidentiel dans certaines circonstances.

Connaître les responsabilités légales et les ramifications entourant les données confidentielles et leur protection est la première étape. Partager cette information avec le responsable de la sécurité de l’information est l’étape suivante. Même si le service des TI n’a pas besoin de connaître tous les détails de chaque loi, il doit quand même être conscient des efforts déployés pour assurer la conformité. Ainsi les solutions technologiques pourront être mises en place conséquemment.

Comment la suite DiliTrust Governance soutient-elle les efforts en matière de cybersécurité

La suite DiliTrust Governance est une solution de logiciel-service (SaaS) de pointe pour la gouvernance et les activités juridiques d’entreprise, conçue avec la sécurité en tête.

Conforme aux normes de sécurité les plus élevées de l’industrie, ISO 27001, notre plateforme vous permet de déplacer vos données sensibles d’entreprise de multiples services et emplacements non sécurisés à un serveur central. Delà, vous pourrez les modifier, les partager ou les archiver de manière confidentielle lorsque nécessaire.

Comprenant cinq modules individuels, les caractéristiques de protection rigoureuses de la suite incluent la protection par mot de passe, le chiffrement 256 bits des données, des vérifications de sécurité et des tests d’intrusion. Elle inclut aussi l’avis d’experts judiciaires en sécurité.

  • Notre plateforme collaborative Numérisation des instances sécurise les communications du conseil tout en conservant tous les éléments accessibles afin qu’ils puissent être modifiés et partagés au besoin sans mettre l’organisation à risque.
  • Le très sécurisé Fonds documentaire archive les documents sensibles tout en permettant de sécuriser l’accès et le partage. Les administrateurs ont une visibilité totale pour leur permettre de suivre et de consigner toutes les interactions et de conserver les rapports de vérifications à jour.
  • Le module de Gestion des entités juridiques permet d’avoir une vue d’ensemble des filiales, offrant plus de transparence afin que le siège social puisse rapidement identifier les maillons faibles avant qu’ils ne soient compromis. Les organisations doivent avoir des moyens de communication clairs entre toutes les entités. La plateforme peut faciliter ceci avec le partage sécurisé et la surveillance en temps réel.
  • Les solutions rationalisées de gestion des contrats et des litiges automatisent les tâches qui prennent plus de temps, réduisent les risques d’erreur et aident les entreprises à rester conformes avec les lois sur la protection des données.

Avec la suite DiliTrust Governance, la sécurité est intégrée à toutes les étapes des processus du service juridique, faisant de celle-ci un outil inestimable pour implanter les meilleures pratiques en matière de cybersécurité. Contactez-nous dès aujourd’hui pour en apprendre davantage ou pour planifier une démonstration.

Plusieurs d’entre nous ont travaillé de la maison durant les dernières années à cause de la pandémie mondiale. Peu importe que ce soit avant ou récemment, travailler de la maison et travailler du bureau peuvent être un défi. Pour les travailleurs à distance, qui sont constamment interrompus par les membres de la famille, les animaux en manque d’attention ou une livraison annoncée par la sonnette de la porte, il peut être difficile de séparer la vie personnelle de la vie professionnelle. Balancer tout ceci peut être tumultueux et même stressant. Alors, comment gérer ceci tout en maintenant un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle?

Planifier la semaine : choisissez vos priorités

Si vous ne contrôlez pas votre horaire, c’est lui qui vous contrôlera. Déterminez quelles tâches sont les plus importantes, les tâches essentielles. Cette catégorie doit être priorisée et inclut la tâche de se mettre à jour dans les gros projets. Afin de maintenir l’équilibre mentionné plus tôt, vous devez aussi prioriser les tâches importantes de la vie courante, telles que les rendez-vous médicaux et les réunions de famille.

La prochaine série de tâches se classe dans la catégorie de celles qui vont devenir cruciales si elles ne sont pas gérées. Ceci inclut les activités d’entreprise telles que les réunions, les courriels et la gestion du personnel. Celles-ci se combinent aux activités personnelles comme s’entraîner, planifier les repas, effectuer les tâches ménagères et passer du temps en famille.

Les tâches comme faire des retours d’appels non urgents ou lire les messages sur les réseaux sociaux doivent être accomplies, mais gardées pour la fin. Finalement, les tâches dont vous pouvez vous passer sont celles qui ne nécessitent ni votre attention ni votre temps telles que d’écouter un collègue se plaindre de son travail ou fabriquer un costume à partir de rien pour la pièce de théâtre de votre enfant.

Réserver du temps

Certaines personnes planifient leurs tâches en réservant du temps dans leur horaire. Ceci implique de mettre les tâches importantes ensemble. Par exemple, si vous écrivez ou que vous faites des recherches régulièrement, vous pouvez bloquer une plage horaire dans votre calendrier pour être certain que vous ne serez pas dérangé ou distrait pendant cette période. Ceci vous garantit aussi que personne à l’externe ne vous réservera en double.

Ceci aide aussi à bloquer du temps pour les tâches moins importantes telles que passer du temps sur les réseaux sociaux ou répondre aux messages. Quand vous faites cela, votre esprit sait que vous avez du temps réservé pour ces activités et cela aide à rester concentrer sur les tâches plus importantes.

Automatiser certaines tâches ou activités

Cherchez les tâches que vous pouvez automatiser autant du côté professionnel que du côté personnel. Par exemple, vous pouvez programmer des alertes électroniques dans votre calendrier pour certaines activités, tâches ou réunions. Vous pouvez aussi prendre des notes sur une plateforme numérique, telle que les courriels ou les documents, les deux étant facilement accessibles. On perd souvent du temps à chercher les notes qu’on a écrites, ceci permet d’en faire le suivi.

Voici quelques aspects de votre vie professionnelle et personnelle que vous pouvez automatiser.

  • Organiser les documents et les dossiers importants
  • Automatiser les copies de sauvegarde et la maintenance
  • Allumer les fonctions de votre téléphone intelligent telles que la commande vocale et le mode silencieux
  • Planifier les repas à l’aide d’application en ligne
  • Automatiser le paiement de factures
  • Automatiser certains aspects de votre résidence tels que le chauffage ou nourrir les animaux.

Chaque chose à sa place

Être organisé aide à rester prêt et préparé. Perdez moins de temps à chercher les choses en trouvant une place aux choses importantes ou que vous utilisez régulièrement. Ceci peut être aussi simple que de préparer votre sac de gym et de le garder près de la porte. Vous pouvez aussi avoir un plateau dans l’entrée pour vos clés, votre portefeuille et les autres essentiels.

Réduire la quantité de décisions à prendre

Tout ce que vous pouvez faire pour réduire la quantité de décisions à prendre au courant de la semaine vous aidera à rester organisé. Ceci nécessite de réserver du temps et de planifier les choses comme les repas de la semaine, les réponses automatiques pour les courriels fréquents, la budgétisation ou la création de listes de commissions.

Éteindre les notifications durant le travail intense

Nos téléphones font partie intégrante de nos vies et il y a des moments où ils peuvent facilement nous distraire de notre travail ou de notre vie personnelle. Par conséquent, il est important d’éteindre les notifications pour minimiser les distractions durant les moments cruciaux tels que les réunions, le travail important durant les blocs de temps réservés, les moments en famille et d’autres moments importants du travail et de la vie quotidienne.

Bâtir la résilience mentale

Ce n’est pas facile de bâtir et de maintenir la résilience mentale, particulièrement quand on essaie de maintenir l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Les personnes et les pensées peuvent affecter la manière dont nous nous percevons. Vous pouvez lentement bâtir la résilience et une des façons de le faire est de prendre le temps de se pardonner et de ne pas être trop dur avec soi-même. S’adapter aux changements, apprendre à dire non à certaines situations et intégrer ces nouvelles habitudes prend du temps.

Avoir un réseau de soutien composé de liens positifs avec votre famille, vos amis et des membres de votre communauté est aussi très aidant. Finalement, il est important de prendre soin de vous-même en relaxant, en faisant de l’exercice, en mangeant sainement et en dormant bien. Faire de vous et de votre santé mentale une priorité peut aider à bâtir la résilience pour maintenir un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.

Alors que nous commençons 2022, plusieurs industries fleurissent, merci aux avancements technologiques révolutionnaires. Le domaine juridique est une de ces industries et, au cours des quelques dernières années, il a utilisé la technologie pour se développer. Ce n’est pas un secret que la pandémie a accéléré la transformation numérique pour plusieurs entreprises. La technologie juridique avait commencé à évoluer longtemps avant la pandémie qui l’a seulement améliorée. Voici, en quelques points, comment le domaine juridique utilise la technologie pour prospérer aujourd’hui.

Les avocats adoptent de plus en plus les nouvelles technologies

Plusieurs avocats sont ouverts à adopter et utiliser les nouvelles technologies dans leur pratique du droit. Ceci est en partie parce que nous ne pouvons dorénavant plus résister aux changements technologiques. Cette industrie et ses gens ne sont pas opposés à rester à l’affût des tendances juridiques et ils utilisent la technologie là où c’est possible pour simplifier leurs processus et les rendre plus efficients.

Avec la pandémie qui a fait de la technologie une part considérable du travail à distance et de la vie en général, plusieurs personnes sont plus ouvertes aux nouvelles technologies et s’attendent à ce que les technologies telles que les réunions virtuelles continuent de se développer. Ceci veut dire qu’il faut adopter les nouvelles technologies et rester à l’affût des nouveaux développements dans l’univers technologique.

La technologie juridique améliore la collaboration

Plusieurs entreprises ont adopté la technologie juridique pour aider les employés travaillant à distance à accéder plus efficacement et rapidement aux données. La numérisation la documentation, les processus d’approbation en ligne et l’implantation de pratiques telles que les modèles de contrats ont aidé à améliorer la collaboration entre les équipes. Utiliser la technologie a aussi permis aux services juridiques d’amasser et d’analyser les données pertinentes de projets tels que les budgets, les processus et la mise à jour des statuts en temps réel.

De plus, lorsque la plupart des entreprises juridiques adoptent de nouvelles technologies, elles recherchent des logiciels qui leur permettront de se conformer adéquatement grâce à des options comme la gestion du cycle de vie des contrats et la gestion des entités. Ceci améliore encore plus la collaboration lorsqu’une vérification est nécessaire.

Plus axé sur la cybersécurité et la protection des données

Alors que la profession et l’industrie du droit se développent grâce à la technologie, il reste toujours des préoccupations concernant la protection des données et la sécurité. La cybersécurité est une préoccupation depuis que nous avons commencé à stocker les données en ligne. Avec le travail à distance qui est devenu la norme dans les dernières années, la cybersécurité est devenue un point d’intérêt de plusieurs organisations. Les entreprises préparent des protocoles et des mesures à prendre en cas de brèches de données. L’intérêt est devenu plus important alors que l’accès aux données de l’entreprise se fait à partir d’une variété d’emplacements géographiques et d’adresses IP à l’intérieur de l’organisation.

La technologie juridique permet à l’avocat général de devenir plus efficace

Les avocats généraux des organisations utilisent la technologie juridique pour devenir plus efficaces en rationalisant les processus et en créant des modèles de documents quand c’est possible. Ils utilisent aussi la technologie pour la facturation aux clients et pour faire le suivi des dossiers numériquement. De plus, plusieurs utilisent des applications pour faire le suivi des réunions, des tâches et des documents et courriels importants. Ceci permet à l’avocat général de se concentrer sur des tâches et des projets axés sur les activités de l’entreprise et de gérer et utiliser leur temps plus efficacement.

Une nouvelle génération d’avocats se prépare avec des attentes technologiques élevées

Plusieurs avocats à en devenir sont bien versés dans la technologie et son utilisation pour et dans leur profession. Cette nouvelle génération d’avocats est prête et on attend d’elle qu’elle connaisse et comprenne le monde numérique. Avec des technologies plus récentes qui sont lancées et développées telles que le raisonnement algorithmique (AR), la RV et le Métaverse, les avocats à en devenir doivent avoir des connaissances technologiques à jour.

Même une fois la pandémie finit, plusieurs professionnels juridiques ne reviendront pas à leur ancienne façon de pratiquer. La transformation numérique rapide qu’a subie le monde va continuer de former l’environnement de la technologie juridique et de l’industrie. Les gens vont continuer d’être ouverts aux nouvelles technologies auxquelles qui leur seront présentés tout en utilisant celles qui sont déjà utilisées pour se développer dans l’industrie.

La profession juridique canadienne s’est rapprochée, lentement mais sûrement, de la parité durant la dernière décennie. Toutefois, les femmes dans le domaine juridique en ont encore beaucoup à faire.

Les femmes entrant dans ce domaine historiquement masculin font face à plusieurs défis. Les femmes sont souvent chargées des responsabilités familiales, ce qui les force à jongler les responsabilités professionnelles et le plus gros des tâches domestiques. Cet exercice d’équilibriste les désavantages lorsqu’il est question de suivre le rythme des collègues masculins.

Téléchargez ce livre électronique.

 

Les services juridiques ont subi une transformation numérique rapide au cours des dernières années. Elle fait maintenant partie intégrante de la productivité et de l’intégrité des organisations qui veulent demeurer compétitives et croitre dans le monde numérique d’aujourd’hui.

La crise de la COVID-19 a forcé les entreprises à travailler à distance, menant à une transformation numérique rapide qui a changé la façon de fonctionner à long terme des services juridiques. Plusieurs utilisent maintenant les outils numériques et la technologie juridique pour améliorer leur productivité et les processus opérationnels et pour trouver des façons d’améliorer l’efficacité du service.

Voici quelques-unes des façons d’améliorer l’efficacité pour les services juridiques avec la transformation numérique.

La transformation numérique : du concept à la réalité

La transformation numérique a atteint un sommet. Pendant plusieurs années, cela a été un concept plutôt futuriste qui semblait être un processus de longue haleine. Le travail à distance l’a accéléré et il fait maintenant partie de nos vies.

En plus de la transformation numérique accélérée par la COVID-19, le Gouvernement du Canada continue de planifier sa feuille de route du numérique. Ce faisant, le Canada continue de reconnaître l’importance de la numérisation. Il aide aussi les petites et les moyennes entreprises à atteindre leur plein potentiel en offrant du soutien avec les technologies numériques.

Avec l’importance de la technologie qui monte au Canada et dans d’autres pays, la transformation numérique n’est plus un concept, mais la réalité d’aujourd’hui. La pandémie a accéléré la transformation, amenant l’introduction de quelques technologies telles que la réalité augmentée, la réalité virtuelle et le Métaverse.

Plus particulièrement, l’industrie juridique a aussi adopté la technologie pour aider à rationaliser ses processus et à améliorer sa productivité. Le travail à distance a rendu les gens plus ouverts à l’idée des outils et logiciels en ligne pour aider à organiser et stocker les données juridiques, à collaborer en ligne et même à utiliser les données de leur logiciel pour analyser ce qui fonctionne et ce qui peut être amélioré.

Les services juridiques utilisent les bons outils numériques pour former leurs équipes

Plusieurs services juridiques réalisent que le numérique est là pour de bon et utilisent les outils numériques pour former les membres de leur équipe, les nouveaux comme les anciens. Selon Gartner, les services juridiques devraient tripler leur budget pour la technologie d’ici 2025. La fin de 2021 a permis aux entreprises de mettre à jour leur technologie où cela était nécessaire et plusieurs services juridiques en ont profité pour vérifier leurs processus et leur technologie.

De plus, les services commencent à réaliser l’importance de cultiver les bonnes compétences pour rendre leur équipe plus efficace. Ils ont implanté et continuent l’implantation d’outils et de stratégies technologiques pertinents, aidant ainsi les membres de l’équipe à travailler plus efficacement, que ce soit à distance ou en mode hybride. Plusieurs services juridiques adoptent aussi les réseaux sociaux pour atteindre la nouvelle génération d’avocats tout en demeurant numériquement pertinents.

Certaines équipes juridiques ont un comité technologique dédié à encadrer tous les aspects du numérique dans le service. Leurs tâches incluent l’encadrement de la technologie juridique, l’analyse des données pertinentes, l’implantation des meilleures pratiques en matière de cybersécurité et trouver des façons de rationaliser numériquement les processus.

La transformation numérique a fait de la place pour le travail à distance et hybride

Les services juridiques peuvent travailler à distance grâce à la transformation numérique, permettant la collaboration entre les membres de l’équipe avec des logiciels sécurisés et des réunions virtuelles. Alors que certains membres de l’équipe s’ennuient du bureau, plusieurs ont réalisé que le travail à distance et hybride les a aidés à créer un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Une partie de ceci est dans les mains de l’entreprise. Un milieu de travail qui offre des heures de travail flexibles, la possibilité de travail à distance et en mode hybride et le soutien lorsque nécessaire s’aligne plus avec le type d’équilibre que les employés recherchent lorsqu’il est question de vie personnelle et de vie professionnelle. Ce soutien se présente sous la forme d’écoute des employés et de l’accessibilité à de bons outils pour travailler efficacement. Être à l’écoute de vos employés lorsqu’ils ont des préoccupations et y répondre adéquatement est la clé. Dans un environnement de travail à distance ou hybride, il est important de voir à ce que les employés se sentent soutenus technologiquement en s’assurant qu’ils ont les outils et les ressources dont ils ont besoin pour travailler confortablement et efficacement.

En résumé, la transformation numérique a ouvert les portes de plusieurs discussions dans l’industrie juridique. Même si son apparition s’est faite rapidement à cause de la pandémie, les services juridiques ont été proactifs et se sont adaptés rapidement à cette nouvelle norme. Les services technologiques ont travaillé ensemble pour s’assurer que les données étaient sécurisées lors du travail à distance. Les services juridiques se sont mis ensemble pour trouver des façons de rationaliser les processus en utilisant la technologie, ce qui les a rendus plus efficaces. Finalement, les entreprises s’assurent que leurs employés se sentent soutenus et confortables et elles continuent de le faire alors que le numérique prend de l’ampleur avec le temps.Investir dans l’analytique

Contactez-nous dès aujourd’hui pour en apprendre plus ou pour planifier une démonstration.

Dans cette série en trois parties sur les critères environnementaux, sociaux et de Gouvernance (ESG), il sera question de l’origine de l’ESG, des récentes annonces concernant la réglementation, des nouvelles normes émergentes et de la façon de préparer votre organisation aux rapports publics du futur.

Le terme ESG est peut-être la tendance en 2022, mais cette idée de mesurer, de dévoiler et d’analyser les performances environnementales, sociales et de gouvernance des entreprises est en évolution depuis des décennies.

Les critères de performance ESG donnent des informations sur l’importance qu’accorde le leadership corporatif aux risques environnementaux, sociaux et de gouvernance ainsi que sur les occasions relatives aux activités. Le processus pour préparer une entreprise à l’émission de rapports publics ESG peut aider à identifier les politiques et les procédures manquantes, mais aussi les nouvelles occasions pour la réduction des pertes, l’engagement des parties prenantes et l’innovation.

L’ESG inclut une grande variété de préoccupations, mais plus communément :

  • Critères Environnementaux : les émissions de gaz à effet de serre, la production de déchets, la sécurité de l’approvisionnement en eau et la stratégie concernant le risque associé aux changements climatiques.
  • Critères Sociaux : la diversité des employés et des fournisseurs, l’impact socio-économique dans la communauté, l’équité salariale, la santé des travailleurs, la sécurité et les droits de la personne.

Critères de Gouvernance : la transparence, la politique de développement, l’indépendance du conseil d’administration, la diversité, les mesures anticorruption, les pratiques fiscales et la rémunération des cadres.

Quelle est l’origine de l’ESG?

Les économistes traditionnels ont déjà considéré les préoccupations environnementales, sociales et éthiques comme étant des effets externes, n’ayant donc pas d’incidences financières sur les performances d’une entreprise. Ceci a commencé à changer dans les années 80 et 90. Plusieurs révélations concernant la sécurité du public, violations des droits de la personne et désastres environnementaux attribués aux activités d’entreprise n’ont pas seulement dévalué les entreprises, mais ont aussi forcé la société à voir les impacts des entreprises autrement. La vision centrique des actionnaires au sujet de la responsabilité d’entreprise est devenue inadéquate pour gérer l’ensemble des risques.

Poussées par l’appel de la société civile à augmenter la transparence et la responsabilité sociale, les entreprises ont commencé à impliquer un groupe plus inclusif de parties prenantes et à communiquer leurs avancements corporatifs en matière de responsabilité sociale. Des cadres de présentation des rapports tels que la norme G1 du Global Reporting Initiative (GRI), initialement publiée en 2000, aident les entreprises à qualifier et quantifier les impacts pour les parties prenantes. Cette pratique d’émission volontaire de rapports publics annuels est devenue la base des rapports d’entreprise du futur.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement – Initiative Finance (PUNE IF) utilisait l’acronyme ESG en 2004 pour décrire leur travail sur le financement durable avec les banques, les assureurs et les investisseurs. Depuis, le concept est en pleine évolution. Des consortiums impliquant plusieurs intervenants ont tranquillement continué de bâtir et de peaufiner le cadre de divulgation au public qui offre la transparence que la société demande d’une entreprise moderne et la constance que le secteur financier demande concernant les revendications environnementales, sociales et de gouvernance. Le Sustainability Accounting Standards Board (SASB), fondé en 2011, a tracé les grandes lignes des incidences financières des indicateurs ESG par industrie qui ont établi leur crédibilité dans les principes comptables généralement acceptés. L’incidence financière de l’ESG a également été soutenue par la création du Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (GIFCC) en 2015, dont les recommandations relatives aux risques associés aux changements climatiques sont devenues courantes dans le secteur financier.

L’ESG d’aujourd’hui

Il y a eu plusieurs annonces importantes concernant l’ESG dans la première moitié de 2022, incluant :

  • L’International Sustainability Standards Board (ISSB) a proposé d’unifier les normes de divulgation pour le marché financier.
  • Le Global Reporting Initiative (GRI) a annoncé une collaboration avec l’ISSB pour harmoniser le cadre de divulgation de multiples parties prenantes déjà utilisé par des milliers de sociétés cotées en bourse.
  • Le budget fédéral canadien de 2022 a inclus une annonce prévoyant l’émission obligatoire de rapports sur le climat pour les institutions financières sous réglementation fédérale.
  • La S. Security and Exchange Commission (SEC) a proposé des règles pour normaliser les divulgations sur le climat pour les investisseurs.

Les normes du marché financier pour les investisseurs et normes sur la viabilité des multiples parties prenantes s’harmonisent, et les réglementations nord-américaines commencent à obliger les divulgations ESG pour les institutions financières. Bien qu’il est possible que ceci n’ait pas encore eu d’impact sur votre entreprise, cela signale une demande pour plus de transparence concernant les risques ESG pour votre entreprise. Ceci devrait créer des exigences entourant la divulgation sur le climat pour les clients et les fournisseurs des institutions financières.

Sous la surveillance du conseil d’administration, l’avocat général et la haute direction ont une occasion de rendre votre organisation plus résiliente et de gérer de façon proactive un large éventail de préoccupations.

Les entreprises qui mettent en place des comités, des politiques et des processus pour gérer la performance ESG ont une occasion d’aller au-delà de conformité et de faire de leur implantation un avantage stratégique.

En intégrant les valeurs environnementales et sociales dans votre culture et en priorisant l’ESG en tant que créneau d’excellence, vous apprendrez de ses informations, inspirerez les employés et serez dans une meilleure position pour que votre organisation se distingue. Toutes les entreprises ont une occasion de contribuer à un futur juste et durable, mais le leadership est essentiel pour bâtir de pratiques ESG puissantes.

Dans la 2e partie de cette série sur l’ESG, nous discuterons du leadership organisationnel, de l’implication de vos équipes et de la création de valeur pour les parties prenantes.

Quand les services juridiques d’entreprise ont élaboré leurs résolutions du Nouvel An en janvier, la réorganisation était prioritaire pour plusieurs. Autour de 50 % des juristes d’entreprise considèrent l’élimination des inefficiences comme étant une de leurs priorités en 2022.

Les inefficiences gênent les services juridiques de plusieurs façons et menacent la productivité, la profitabilité, la gestion des ressources, la cybersécurité et bien plus encore. Identifier et s’occuper de ces problèmes ne font pas qu’améliorer le rendement des juristes. Ceci les libère pour qu’ils puissent se concentrer sur les activités stratégiques et pour qu’ils prennent un rôle plus important dans la gouvernance d’entreprise.

7 façons d’éliminer les inefficiences dans les services juridiques

Automatiser les tâches administratives

Passer des heures sur les tâches administratives est rarement la meilleure façon d’utiliser le temps et l’énergie de votre service juridique. Particulièrement quand des tâches répétitives telles que la facturation, le classement et la documentation peuvent être facilement automatisées.

La gestion des contrats et la gestion des litiges sont des domaines qui se prêtent bien à l’automatisation, rationalisant des tâches administratives ardues en matière de documentation, de suivi des dossiers, d’archivage des données et de suivi du cycle de vie des contrats ou des dossiers. Les avocats qui utilisent l’automatisation des documents rapportent des économies de temps.

S’occuper de cette cible facile permet de libérer votre service juridique des corvées quotidiennes de remplissage de formulaire et de cases à cocher. Ceci leur donne plus de temps pour se concentrer sur les tâches prioritaires et stratégiques qui correspondent mieux à leurs compétences. De plus, ceci mènera probablement à l’amélioration du moral de votre équipe puisqu’ils pourront se concentrer sur du travail plus stimulant pour eux.

Améliorer la gestion des contrats

Environ 50 % des avocats généraux disent que les inefficiences dans la gestion du cycle de vie des contrats résultent en une perte de revenus, ce qui rend essentielle l’automatisation de ces processus clés.

En utilisant une solution sécurisée et de confiance, les services juridiques peuvent automatiser avec assurance plusieurs aspects du cycle de vie des contrats. De la génération de documents à l’archivage des contrats, les solutions numériques sont votre meilleure protection contre l’erreur humaine, les risques concernant la protection des données et les flux de travail chaotiques. Elles permettent aussi aux services d’évoluer sans problèmes, donnant une base solide à la croissance future.

Embaucher un Legal Ops

La est une tendance montante dans les services juridiques d’entreprise, dont 61 % emploient maintenant au moins une personne au Legal Ops.

Ces professionnels améliorent le rendement en se concentrant sur la planification stratégique, la budgétisation et la prise de décision. Ils ne sont généralement pas impliqués dans les processus juridiques, mais agissent plutôt comme soutien pour le personnel et les gestionnaires d’entreprise.

Pour être vraiment efficace, votre équipe du Legal Ops doit avoir les bons outils. Ils travaillent souvent dans tous les services et ont besoin d’accéder à une suite complète de gouvernance qui offre transparence, flexibilité et améliore la communication.

Investir dans l’analytique

Une plateforme robuste de production des rapports donne aux services juridiques d’entreprise une vue d’ensemble de tous les aspects de leurs activités pour qu’ils puissent facilement cibler les domaines qui nécessitent des améliorations ou de l’attention.

Les outils d’analyse aident votre équipe à identifier rapidement tout écart d’efficacité et à les combler avant qu’ils n’empirent et qu’ils ne causent un risque à la cybersécurité ou menacent la profitabilité de votre service.

Apprendre à connaitre les données de votre entreprise aide aussi vos équipes à établir des IRC et d’autres mesures de performances tout en assistant dans la gestion des risques, l’analyse coûts-bénéfice et les prévisions.

Rationaliser la communication du conseil d’administration

Les avocats généraux en ont beaucoup sur leurs épaules. Non seulement ils sont responsables de la surveillance des activités du service juridique, mais on attend aussi d’eux qu’ils partagent leur opinion avec la direction, agissant comme des partenaires d’affaires, des conseillers stratégiques et des dirigeants lorsqu’ils interviennent avec le conseil d’administration.

La relation entre le conseiller juridique et le conseil d’administration est au centre de la bonne gouvernance. Elle est dépendante d’une communication fluide et de la capacité à traiter rapidement tous les problèmes. Des flux de travail désordonnés gênent la capacité du conseiller juridique à maintenir ce lien important en les gardant dans une boucle sans fin de réunion, de rapports à livrer et de suivi de points prioritaires.

Utiliser un portail de rationalisation virtuel facilite la vie des avocats généraux occupés en regroupant au même endroit toutes les interactions entre le conseiller juridique et le conseil d’administration. Faciles à utiliser, les portails du conseil optimisent le travail des membres du conseil d’administration, des comités exécutifs et des autres parties prenantes en gérant toutes les communications et les collaborations dans un format ultra accessible et transparent.

Maximiser la gestion des entités

L’encombrement départemental en soi est suffisamment coûteux. Si on ajoute les filiales au mélange, les choses peuvent rapidement devenir chaotiques. La gestion des entités juridiques est un autre risque pour l’efficacité, alors que les conseillers juridiques sont souvent monopolisés par la microgestion de la surveillance de ces éléments.

Déléguer cette surveillance à la technologie peut transformer les processus de gestion des entités du service juridique. Ceci donne plus de contrôle et de transparence et ne nécessite pas de travail intense de la main-d’œuvre pour le suivi manuel.

Regrouper les entités sur une plateforme sécurisée unique qui ouvre une fenêtre sur les activités au conseiller juridique et lui donne la capacité de centraliser toute la documentation et la communication en temps réel.

Faire le ménage de la paperasse

Les services juridiques attirent la paperasse et ils peuvent se retrouver ensevelis sous la documentation s’ils ne font pas attention.

Un fonds documentaire ou une archive numérique peut aider en donnant aux utilisateurs la possibilité de stocker, d’accéder, de partager et d’éditer sécuritairement toute la documentation à partir d’un serveur central. Fini les dossiers perdus, les heures passées à chercher un dossier et la perte des traces écrites. Tout est accessible instantanément en quelques clics de souris.

Réduire la paperasse est aussi une façon de répondre aux objectifs Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Ceci donne une chance à l’organisation de faire le virage vert et de réduire sa production de déchet en implantant des pratiques durables. Une étude démontre un lien positif entre l’adoption des ESG et le rendement financier. Non seulement parce que ceci crée la fidélisation à la marque et augmente la rétention, mais aussi parce que l’élimination du gaspillage réduit grandement les coûts des opérations. Prendre le virage sans papier protège l’environnement, réduit l’empreinte carbone de l’entreprise et encourage une meilleure gestion du temps et des ressources.

Plus d’efficacité, plus de résilience

 

La suite DiliTrust Governance fournit tout ce qui est nécessaire à la transformation du flux de travail et permet des gains en efficacité.

Notre solution de pointe aide votre service juridique à améliorer son rendement dans tous les domaines.

Les modules incluent :

La gestion des contrats

Suivez toutes les étapes du cycle de vie des contrats avec notre plateforme innovante qui cible les problèmes d’efficacité.

Notre module Gestion des contrats permet aux services juridiques de stocker numériquement une quantité illimitée de contrats et les documents qui y sont associés et les rend accessibles instantanément à partir d’un même tableau de bord.

Ce niveau d’accessibilité ne compromet toutefois pas la sécurité puisque les administrateurs peuvent protéger les documents confidentiels en gérant les droits de partage et d’édition pour chaque utilisateur avec des contrôles d’accès flexibles.

Des éléments tels que le marquage numérique, l’annotation des documents et l’archivage intelligent facilitent le passage des contrats d’une étape à l’autre. Ne vous inquiétez plus de manquer quoi que ce soit durant le processus. Le balisage intelligent aide les utilisateurs à organiser et à classer les contrats tout en produisant des alertes datées qui permettent aux parties prenantes de respecter les échéanciers et les priorités.

La gestion des litiges

Ce module intégré permet un déroulement des litiges plus linéaire en améliorant le rendement à toutes les étapes, du classement des dossiers à l’analytique avancée. Lorsque les dossiers sont entrés, ils sont organisés selon leur situation, leur nature et le type de poursuite. Ainsi vous savez exactement où ils sont dans le système et vous pouvez les récupérer immédiatement lorsque vous en avez besoin.

À partir de là, le conseiller juridique peut suivre l’avancement, voir les nouveaux documents et les mises à jour en temps réel et personnaliser son interface pour avoir un portrait global du cycle du litige.

La numérisation des instances

La communication dans le conseil d’administration est assurée avec le module facile à utiliser et ultra sécurisé de numérisation des instances de DiliTrust. Suivez les activités quotidiennes, établissez des rappels de réunion, partagez des documents et bien plus encore avec la plateforme collaborative qui facilite la charge administrative du conseil d’administration d’entreprise.

Le portail est certifié ISO 27 001, conformément aux normes internationales les plus élevées en matière de sécurité. Celui-ci est accessible à partir des ordinateurs et de tout autre appareil mobile pour que le conseiller juridique et le conseil d’administration puissent s’y connecter et se mettre à jour sur la route, au bureau ou à la maison.

Le fonds documentaire

Prendre le virage numérique nécessite un outil qui peut gérer une grande quantité de documents, qui est facile à utiliser et qui atteint des normes rigoureuses en matière de sécurité. Le fonds documentaire répond à toutes ces exigences en plus d’offrir du stockage illimité, une confidentialité totale et un accès facile.

La gestion des entités juridiques

Ce module permet le suivi des filiales et des actions de l’entreprise, centralisant les activités juridiques des entités juridiques, des actionnaires, des directeurs généraux, de la gestion et des organismes de surveillance. Ceux-ci sont clairement présentés dans un organigramme pour que le conseiller juridique puisse voir la structure des entités d’un seul coup d’œil. Les documents relatifs à chaque entité sont stockés dans leurs groupes précis, à partir desquels le conseiller juridique peut organiser, classifier et annoter tous les documents. Chaque activité dans le module est consignée, fournissant un historique détaillé.

Rationalisée, sécurisée et intuitive, la suite intégrée changera la façon dont votre service juridique travaillera en 2022, mettant votre organisation sur la voie de la croissance et renforçant la résilience pour ce que l’année apportera. Contactez-nous dès aujourd’hui pour en apprendre plus ou pour planifier une démonstration.

Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont des indicateurs clés pour analyser comment le développement durable est considéré dans la stratégie des organisations.

Dans les secteurs économiques et financiers, où l’ESG a été particulièrement populaire récemment, ces critères sont fréquemment utilisés comme un outil d’analyse financière supplémentaire pour évaluer les acteurs économiques et établir leur engagement responsable, et ainsi promouvoir la pérennité de leur gouvernance.

Téléchargez ce livre blanc pour découvrir pourquoi L’ESG : plus qu’une autre tendance.

La croissance d’une entreprise est largement dépendante de la numérisation. Plusieurs entreprises ont traversé une transformation numérique durant la pandémie et continuent de se transformer alors que la technologie évolue. Les dirigeants d’entreprise doivent aussi s’adapter à cette réalité numérique en prenant un rôle plus actif pour appuyer les cadres supérieurs pendant qu’ils prennent les mesures pour améliorer la transformation numérique de l’organisation et qu’ils deviennent des leaders des stratégies de croissance.

Les dirigeants doivent bien interagir avec l’entreprise et la comprendre. Toutefois, ils doivent aussi mettre de l’avant une culture d’innovation inclusive et faciliter la bonne sorte de conversation dans tous les services, des conversations qui permettent aux idées de circuler librement. Les compétences sont aussi importantes que les fonctions et personne ne devrait se sentir isolé ou pris dans le rôle qui lui est assigné.

Les défis du conseil d’administration dans ce contexte

Implanter de nouvelles idées et de nouveaux changements peut être un défi pour quiconque dans une organisation. Le changement peut être un défi pour les dirigeants d’entreprise et les membres du CA qui ont vu l’entreprise grandir au fil des années. Comprendre et s’adapter à ce nouvel environnement numérique peut prendre du temps.

Un des aspects plus difficiles, mais aussi le plus courant, est l’investissement nécessaire pour se libérer du papier et se diriger vers le numérique. Trouver les bons partenaires numériques, investir dans un logiciel et implanter des solutions numériques est un investissement considérable autant en temps qu’en argent. À la fin de la journée, les administrateurs veulent avoir des solutions numériques qui vont permettre des gains en valeur stratégique et en efficacité.

Finalement, la préoccupation la plus fréquente tourne autour des éléments inconnus de la cybersécurité. Investir dans la transformation numérique a permis d’avoir des discussions concernant la sécurité des données, l’atteinte à la protection des données et la façon dont l’organisation peut s’attaquer à ce sujet.

Ce que les conseils doivent considérer dans la mise en place d’un programme pour la transformation numérique

Alors que le monde avance vers une ère plus numérique, il est important que le conseil considère les risques d’affaires et la façon dont la transformation numérique va aider à améliorer le modèle d’affaires existant.

Deuxièmement, quelle est la stratégie numérique globale de l’entreprise? Quel est l’objectif derrière la mise en place des stratégies numériques? Une fois ces objectifs connus, il sera plus facile de planifier une stratégie pour implanter des solutions numériques.

Un autre aspect important du programme pour la transformation numérique est de couvrir l’aspect financier. Ceci implique de comprendre l’impact financier de la stratégie numérique et le retour en investissement (RCI) de ces nouveaux outils numériques pour la transformation de l’entreprise.

Comme mentionné ci-dessus, la cybersécurité est un autre élément important à considérer quand vient le temps de mettre en place un programme de transformation numérique. Il est crucial de chercher les bons outils et logiciels qui permettent de sécuriser les données de l’entreprise et de garantir les meilleures pratiques concernant la sécurité des données.

Finalement, établir un échéancier pour la mise en place d’une feuille de route pour la transformation numérique, que ce soit pour toute l’organisation ou pour un service en particulier. Les échéanciers aident à demeurer sur la bonne voie et à amasser des données pertinentes pour comprendre l’impact de la nouvelle stratégie.

Comment les conseils peuvent-ils soutenir l’équipe de gestion dans l’avancement de leur stratégie de transformation numérique

Il y a de multiples façons, pour le conseil, de soutenir l’administration dans l’avancement de la transformation numérique de l’entreprise. Pour commencer, l’implantation d’une équipe d’experts du numérique est la meilleure façon d’appuyer toutes les parties impliquées. Cette équipe va faire le pont entre le conseil et l’administration pour aider à l’exécution de toutes les stratégies de transformation numérique dans l’entreprise.

L’équipe d’experts du numérique peut aussi aider à créer et à implanter des séances d’orientation sur le numérique pour tous les services. Ces orientations vont aider les services et le conseil à adopter les outils numériques qui sont considérés pour l’implantation ou qui sont implantés. Ces orientations peuvent aussi aider les membres du CA à évaluer la performance de ces outils et la façon dont ils aident les affaires de l’entreprise en général.

Finalement, le conseil doit soutenir toutes les initiatives numériques. Ceci implique d’avoir un plan pour communiquer les changements et les implantations dans l’entreprise. Tous les membres du conseil doivent être sur la même longueur d’onde et doivent pouvoir répondre à toutes les questions. Ils doivent aussi fournir tout le soutien nécessaire à la stratégie de la transformation numérique de l’entreprise.

En conclusion, les dirigeants d’entreprise ont un rôle primaire à jouer pour garantir que les avantages des stratégies numériques sont maximisés et que les risques sont identifiés et traités. Avoir une équipe du numérique qui aide à communiquer et à implanter ces stratégies est une façon de faire. Cependant, il est tout aussi important que le conseil appuie la transformation numérique et qu’il se maintienne à jour avec tous les outils utilisés dans l’entreprise et dans l’industrie.

La cybersécurité est une préoccupation importante dans plusieurs organisations, particulièrement dans le monde numérique d’aujourd’hui. Alors que les entreprises s’adaptent aux environnements de travail à distance et hybride, les préoccupations grandissent concernant les atteintes à la protection des données et les cyberattaques. Les données sont utilisées à travers tous les niveaux d’une entreprise, contrairement à l’utilisation d’un réseau dans un bureau. Cet accès facile aux données à travers de multiples réseaux est une préoccupation pour plusieurs organisations. À la lumière de cette nouvelle ère numérique, voici quelques-unes des meilleures pratiques en matière de cybersécurité en 2022.

Ajuster les politiques de sécurité aux nouvelles réalités

Les temps changent et les pratiques numériques à tous les niveaux du conseil aussi. Ceci donne la possibilité à une organisation de repenser ses politiques de sécurité et de conformité pour qu’elles s’adaptent aux nouvelles réalités. Selon le sondage mondial sur la sécurité de l’information 2021 de EY, « La moitié des dirigeants canadiens sont d’avis que la conformité aux exigences actuelles des organismes de réglementation constitue la partie la plus exigeante de leur travail.[1] »

Afin de rendre cette tâche moins exigeante, réviser et mettre à jour les politiques de sécurité et de conformité régulièrement est crucial. Ceci aide l’équipe TI à être plus proactive dans l’implantation des changements nécessaires dans les pratiques en matière de cybersécurité de l’entreprise. Ceci est un processus continu qui doit être flexible. Par conséquent, réviser et mettre à jour ces politiques trimestriellement ou mensuellement peut être bénéfique, particulièrement dans le cas regrettable d’une menace à la cybersécurité.

Surveiller les cybermenaces et se préparer à y répondre rapidement

La meilleure façon de se préparer pour toute cybermenace est de prévoir un plan d’action. Le problème classique de plusieurs organisations est qu’elles ne sont pas préparées pour ces attaques et que des actions sont prises uniquement après une cyberattaque. Toutes les organisations devraient avoir un plan d’action pour n’importe quelle cybermenace ou atteinte à la protection des données.

La première étape est d’identifier la catégorie de la menace. Cette classification peut aller d’une atteinte à la protection des mégadonnées à une menace moindre qui rend un site web indisponible pendant quelques minutes.

Toutes les entreprises classent ces incidents différemment. Par conséquent, toutes les équipes (conseil d’administration, dirigeants, équipe TI et conseiller juridique) doivent être sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la sévérité de chaque incident identifié comme étant une cybermenace potentielle.

Une fois que les différents scénarios sont identifiés, une stratégie détaillée doit être élaborée afin de répondre rapidement à tous ces incidents potentiels. Déterminez un point de contact pour chaque scénario, comment la situation sera-t-elle résolue et à quel moment les membres de l’équipe et les services doivent-ils être alertés. Tester ces stratégies pour s’assurer qu’elles constituent la meilleure réponse à la situation peut aider. Tout comme les adapter conséquemment aux données et aux rétroactions amassées.

Sous-traiter la planification de la cybersécurité

Les efforts à l’interne offrent rarement une protection suffisante. Il y a plusieurs éléments mouvants dans la sécurité des données d’une entreprise et garder toute l’information cruciale sécurisée est une priorité absolue. Faire affaire avec une entreprise qui peut aider à fournir des données sur les menaces ainsi sur la gestion du risque, l’expérimentation et la formation continue est une bonne façon de faire.

En tant qu’élément du plan de réponse à toute menace à la cybersécurité, trouver un partenaire approprié pour la sécurité des données de l’entreprise est crucial. Selon le sondage mondial sur la sécurité de l’information 2021, environ 68 % « des chefs de la sécurité de l’information disent que l’équipe de direction n’affirmerait pas que la fonction cybersécurité a une très grande sensibilité en affaires. » Cet état d’esprit doit changer alors que la collaboration en cybersécurité peut aider les organisations à se concentrer plus sur les stratégies d’affaires et à s’inquiéter moins à propos des atteintes à la protection des données.

Mondialement et au Canada, plusieurs entreprises ont maintenant atteint un point critique de la transformation numérique. La cybersécurité doit être une préoccupation réelle compte tenu de l’environnement de travail hybride et à distance, les entreprises n’étant pas prêtes à l’interne pour les problèmes qu’elles pourraient rencontrer. Il est primordial d’agir plutôt que de réagir.

Avoir un plan bien établi pour tous les scénarios anticipés est essentiel. Par conséquent, trouver le bon partenaire en cybersécurité peut aider une organisation à amener la sécurité et la protection à la fine pointe de l’innovation. Ceci permet de prioriser la sécurité et la protection des données dans tous les processus de l’entreprise qui implique la technologie, permettant aux équipes et aux services de se concentrer sur les stratégies d’affaires.