" " L’activisme actionnarial permet-il une meilleure gouvernance d’entreprise ? - DiliTrust

L’activisme actionnarial permet-il une meilleure gouvernance d’entreprise ?

Activisme actionnarial : une raison pour maintenir la communication avec vos investisseurs

Ces dernières années, les actionnaires sont devenus plus actifs en poussant les entreprises dans lesquelles ils investissent à changer. L’activisme actionnarial est le terme à la mode qui désigne ce type d’initiative.

L’activisme actionnarial permet-il une meilleure gouvernance d’entreprise ?

L’une des dernières publications des équipes de gouvernance d’entreprise de PwC traite de la tendance de l’activisme actionnarial. Les activistes financiers, mais aussi non financiers, qui encouragent le changement éthique font aujourd’hui le buzz, ce qui effraie la direction et les conseils d’administration.

Gérer les actionnaires activistes

Aujourd’hui, une autre expression à la mode est la « gestion des actionnaires ». Quand et comment les conseils d’administration et les dirigeants doivent-ils commencer à communiquer et à rencontrer les investisseurs ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas un problème mondial. Selon une analyse de The Economist, 80 % des interventions d’activisme se produisent en Amérique. Les actionnaires européens et asiatiques déclarent ne pas avoir besoin de s’engager dans l’activisme, car ils détiennent déjà plus de pouvoir que leurs homologues américains.

Il s’agit de rendre tout le monde heureux, des membres du conseil d’administration aux parties prenantes. Il n’y a pas de recette secrète. La satisfaction peut provenir de l’implication des actionnaires, mais aussi de la limite de la communication au strict minimum.

La dernière Enquête annuelle auprès des directeurs d’entreprise de PwC traite du moment opportun où les administrateurs doivent se conformer et/ou rencontrer les investisseurs. Près de la moitié des membres de conseils d’administration interrogés déclarent qu’une rencontre directe entre les administrateurs (autres que le PDG) et les investisseurs est appropriée. Selon cette même enquête, près de 40 % prédisent l’émergence d’un plus grand nombre de campagnes activistes dans la ou les années à venir. L’activisme actionnarial ne s’arrêtera pas en si bon chemin, et de nombreux dirigeants y font face.

L’argent ne fait pas tout

D’une manière générale, l’activisme consiste à conduire le changement. Lorsque la direction n’optimise pas le potentiel de l’entreprise, les actionnaires font généralement valoir leur droit à l’activisme. Cela peut également concerner l’éthique d’une entreprise. En revanche, les actionnaires se sont rendu compte que, dans une certaine mesure, ils sont au pouvoir et peuvent également modifier les objectifs de gouvernance d’entreprise de manière non financière. L’activisme peut aussi porter sur l’éthique d’une entreprise.

Dans une récente lettre publique, deux des principaux actionnaires d’Apple ont exigé que l’entreprise se concentre davantage sur l’addiction au téléphone chez les enfants. La société technologique n’a pas tardé à répondre et à reconnaître leurs demandes. Cet événement récent montre le pouvoir des actionnaires sur les conseils d’administration et la direction.

Les activistes, sauveurs improbables de l’entreprise ?

Du point de vue d’un manager, un actionnaire activiste est un tyran qui exprime son mécontentement envers la direction et l’humilie publiquement avant d’exiger des changements dans l’entreprise. Il est vrai que certains investisseurs exercent une pression pour mener au changement de manière assez virulente, mais est-il possible que d’autres se montrent poussifs car cela s’avère nécessaire ?

Même si un investisseur n’est pas censé donner d’ordres à un PDG, dans certains cas, ses propositions peuvent s’avérer utiles. Il y a quelques années, le journal The Economist a analysé et répertorié les 50 postes d’activistes les plus importants en Amérique. Souvent, les profits et les investissements en capital ont augmenté après un mouvement activiste.

Les activistes remplissent un vide au niveau de la gouvernance qui frappe les entreprises cotées d’aujourd’hui. Les conseils d’administration et la direction sont désormais obligés de tenir compte de l’avenir de manière plus attentive et d’être plus actifs dans ce sens.

L’activisme peut donc être positif. Il permet une gestion des entreprises concrète et comble un vide au niveau de la gouvernance qui frappe les entreprises cotées d’aujourd’hui. Selon des études récentes, les membres de conseils d’administration constatent une différence majeure au niveau de l’implication des actionnaires. Une majorité pense que les investisseurs montrent plus d’intérêt et souhaitent être très impliqués.

Les deux parties s’efforcent d’améliorer l’entreprise. Cependant, la grande différence entre les membres de conseils d’administration et les actionnaires activistes réside dans le temps qu’ils souhaitent y consacrer. Bien qu’un conseil d’administration se concentre sur les objectifs à long terme, les campagnes d’activisme sont généralement axées sur la performance à court terme. C’est là qu’il faut trouver un équilibre.

 S’engager avec modération

Le fait que les actionnaires expriment leur opinion permet certes d’améliorer la situation, mais il est évident que ce phénomène génère une certaine frustration. En ce qui concerne la gestion des investisseurs, que ce soit au niveau public ou privé, il existe toujours des mesures à prendre pour réduire leur mécontentement.

Avant de faire la sourde oreille, gardez l’esprit ouvert et entamez un dialogue. Quel que soit le sujet à l’ordre du jour, le conseil d’administration a toujours le devoir fiduciaire de rester objectif et indépendant tout en tenant compte de l’intérêt des actionnaires.

La meilleure des défenses consiste à disposer d’un conseil d’administration solide qui comprend et soutient la stratégie à long terme tout en communiquant avec ses investisseurs.

 La méthode 

Il existe probablement autant de manières différentes d’inclure et de satisfaire les actionnaires qu’il existe de conseils d’administration. En s’impliquant, on risque de partager de manière excessive et de s’approprier les missions du conseil d’administration. Grâce à une stratégie raisonnable et des limites appropriées, il est possible de trouver le juste équilibre pour assurer une excellente gouvernance d’entreprise tout en satisfaisant les parties concernées.

Pour ne pas distraire le conseil avec des actions inutiles, voici comment limiter l’activisme :

  • Dialoguer avec les actionnaires

En communiquant la situation actuelle et le plan à long terme de l’entreprise, les actionnaires se sentent inclus et à l’aise.

  • Tenir compte objectivement des idées des actionnaires/activistes

Si les actionnaires proposent des idées, assurez-vous qu’elles soient examinées et traitées de manière constructive. Non seulement par le conseil d’administration, mais également par les autres investisseurs importants, dont le soutien pourrait s’avérer utile pour le conseil en cas de campagne pour un « vote négatif ».

  • N’attendez pas qu’une crise se produise

Lorsque vous faites appel à une personne uniquement pour gérer les crises, il est peu probable qu’elle se sente valorisée. C’est une question de psychologie sociale fondamentale.  Au risque de paraître insensible, flatter l’ego et permettre à l’autre de se sentir impliqué permet d’obtenir des résultats.

Quelle que soit la méthode choisie, les clés du succès sont la communication et la planification ! Prenez connaissance des sujets que vous devez traiter et planifiez la gestion des demandes à venir.

Savoir gérer l’avenir

La tendance de l’activisme actionnarial ne disparaîtra pas en 2018. Les experts prédisent en effet que ce phénomène tend à se renforcer. Il est indispensable que les conseils d’administration apprennent à le maintenir à un niveau minimum ou consensuel. Pour citer The Economist : « la seule défense éprouvée dont une entreprise peut se doter est de ne pas être américaine en premier lieu ». Si vous participez donc à un conseil d’administration américain, vous risquez fortement d’être confronté à l’activisme actionnarial un jour ou l’autre.

Bien qu’il ne soit pas en mesure d’offrir une protection contre l’activisme, le logiciel DiliTrust Exec agit comme un portail qui contribue à améliorer la gestion des réunions de votre conseil d’administration et de vos comités de direction pour assurer une gouvernance d’entreprise efficace. Contactez-nous dès aujourd’hui pour organiser une démonstration ou discuter de la façon dont cet outil peut vous aider à aller plus loin.